Album

Albums photos

Prier Dialoguer Randonner en couple en Haute-Maurienne – 16-20 août 2017

 

Fête de Saint-Hugues et départ des jésuites de Grenoble

17 et 18 juin 2017

Chaque année, Saint-Hugues réunit les bénévoles, les amis qui gravitent autour du centre et le font vivre. C’est un temps de grande convivialité, de rencontres, de partages, de relectures aussi. Se poser ensemble pour découvrir le nouveau programme et faire le bilan de l’année écoulée : ce qui fut bon, ce qui fut très bon, ce qui le fut moins et quelles leçons en tirer pour la suite.

Cette année, ce rassemblement s’est doublé d’un événement supplémentaire. Les jésuites de Grenoble, après des années et des années d’une présence précieuse vont quitter notre région pour d’autres horizons. Leur déménagement est prévu pour fin août. Nous avons profité de ce temps festif pour les remercier pour tout le travail accompli.

Voir les photos  (Photographe: Patrick MONTAUDON)

Départ de Jean Raison, sj

Jean Raison, jésuite à Saint-Hugues depuis des années, a rejoint la ville de Lille à la fin du mois d’août 2017. Son départ suscite l’émotion et nombreux sont ceux qui ont désiré le remercier pour tout ce qu’il a apporté au centre et à chacun. Voici la « vidéo des mercis » et la lettre qu’il adresse à ceux qu’il a côtoyé et accompagné.

 

 

 

 

Plates-bandes multiples et

grand jardin

Au début de ma vie religieuse, on m’a dit : « Une des caractéristiques de la vie jésuite est ‘diversa loca peragrare’, c’est-à-dire à tout instant prépare-toi à t’entendre dire que ce serait bien que tu ailles travailler là-bas, il y a un besoin et tu peux y être utile ».

Bien sûr, tu l’aimes ce lieu où tu travailles, et tous ces visages aussi. Tout cela te paraît même l’essentiel, mais le maître de la Vigne qui voit toute sa vigne te dit : « C’est bien ce que vous faites, et il y a de beaux fruits, mais là-bas, en ce moment, il y a besoin et manque ».

Alors partir, ce n’est pas vraiment quitter. Ici, là-bas, c’est la même vigne, et les ceps d’ici sont les mêmes que ceux de là-bas.

L’idéal quand on part est de se sentir envoyé, en mission, par ceux avec qui l’on a travaillé… et de se rappeler que ce ne sont pas les kilomètres qui séparent les cœurs mais la façon de vivre. Ici, là-bas, c’est toujours le maître de la Vigne que l’on sert.

Alors il y a eu pour moi Paris, Chantilly, Rouen, Grenoble, les Seychelles (un peu), Biviers, et re-Grenoble, et re-Biviers, et puis Lille sans doute…

L’âge venant, l’on fait moins de choses, mais plus lentement. On est donc toujours très occupé, jusqu’au moment où se ralentit l’activité extérieure. Alors la mission devient prière pour le travail de tous les compagnons.

Voilà, merci à tous… ce ne sont pas les kilomètres qui… etc.

Jean Raison, jésuite, juin 2017

 

Des nouvelles « in live » de Jean Raison qui nous fait la joie d’un petit mot avant Noël!

 

Témoignages

La parole et la terre

Je souhaitais faire une retraite, mais aussi exprimer mes sentiments, mes mouvements intérieurs en faisant appel à une composante plus sensible, plus artistique que la seule réflexion ou prière.

« La parole et la terre » m’offrait cette opportunité, en absorbant de plus un moyen d’expression que je connaissais peu.

La terre que j’ai pétrie, à l’image du créateur des origines, m’a renvoyée à des sensations intérieures propices au silence et à la profondeur de la relation au cœur à cœur avec Dieu. Elle m’a transformée au fil des jours en me faisant comprendre toute la patience, la douceur et la fermeté de celui qui n’en finit pas de nous créer et de nous associer à son projet d’amour.

La terre qui a suscité un chemin différent à chaque membre du groupe nous a permis de vivre en silence un partage qui est devenu communion et soutien dans nos différences.

Marie-Laurence Août 2017